Dans quelle mesure l'activisme politique, climatique est-il compatible avec le yoga?
Il est courant d'entendre dans la scène du yoga que le changement que l'on souhaiterait voir autour de nous doit d'abord être interne. C'est juste. Nous irraderions une énergie positive qui, suffisamment puissante et partagée, rendra le changement possible.
Oui, mais cela suffit-il? Lorsque des malfaiteurs ou des malfaiteurs pénètrent dans ta maison et menacent tes cher.ères, t'assieds-tu pour méditer et chanter des "om"?
Non, bien sûr. Personne ne ferait cela.

Ce qui me semble le plus important: faire ce qui est juste, évident pour toi, peu importe l'efficacité. C'est d'ailleurs l'essence de la Bhagavadgita.
Le désir est la racine du malheur, nous enseigne le yoga. Je traduirais "désir" ici par "avidité". C'est l'avidité, la poursuite des signes de richesse, la peur de l'inconfort, qui nous pousse à accepter que les pays riches du Nord aient entraîné le Sud pauvre dans une logique de croissance, qui comporte la destruction des pilliers de l'habitabilité de la Terre.
Mais au-dela de l'avidité, ce désir source de malheur, nous pourrions également le voir dans le désir d'efficacité. Ainsi, je renoncerai à tout engagement, à tout activisme, parce que cela ne servirait à rien et serait inefficace. C'est reproduire toutes les erreurs de ce qui est réprouvable dans notre société de consommation: la destruction de la nature se fait au nom de l'efficacité. Il nous faut à tout prix sortir de ce paradigme. Agir au nom du juste, du beau, du respect. Qu'on nous traite de rêveurs et de rêveuses quand on utilise ces mots montre bien que nos dirigeant-es ont perdu leur âme. Mais ce sont eux et elles qui ne sont pas sérieu-ses, puisque de toute évidence, nous ne disposons pas de trois planètes, mais d'une seule. Si tout-e habitant-e consommait autant que les Suisses et Suissesses, nous aurions en effet besoin de trois planètes!
Ainsi, chacun-e doit choisir ce qui lui semble juste, et, le cas échéant, agir. Sans se soucier de l'efficacité, ni de l'incomfort que comporte cette action.

J'ai présenté au Tribunal de Zurich le 19 septembre 2022 ma plaidoirie de défense pour ma participation à une action pacifique visant à attirer l'attention sur l'inaction de notre gouvernement en matière de climat.

Tu trouves ma plaidoirie ici. 


Ce texte n'est qu'un ébauche d'une réflexion sur les liens entre activisme et yoga. J'essaierai de l'étayer...